Developpement personnel

Pourquoi nous aimons tant les chansons que nous écoutions à l’adolescence?

Pourquoi aimons-nous la musique que nous écoutions à l’adolescence ? -Crédit Photo de Andrea Piacquadio 

L’autre jour en écoutant une playlist de chansons des années 80, je me suis surprise en train de dire à ma fille, « qu’est-ce qu’elles étaient belles les chansons de ces années là, et j’ai rajouté mais pourquoi les chansons que j’entendais quand j’étais adolescente sonnent-elles plus douces à mon oreille que tout ce que j’écoute à l’âge adulte ? Du coup j’ai voulu en savoir plus, est-ce un simple manque de discernement de ma part ou est-ce qu’il y’a une raison rationnelle à ça.

D’après études en psychologie et neurosciences il semble bien que les chansons détiennent un pouvoir disproportionné sur nos émotions et suggèrent que notre cerveau nous lie à la musique que nous avons entendue à l’adolescence plus étroitement que tout ce que nous entendons à l’âge adulte – et ça ne s’affaiblit pas avec l’âge. 

Contrairement à ce que je pensais, cette nostalgie musicale, n’est pas seulement un phénomène culturel : c’est quelque chose qui se passe au niveau de notre cerveau. Quelle que soit l’évolution de nos gouts musicaux avec l’âge, nos cerveaux peuvent rester bloqués sur ces chansons qui nous obsédaient pendant notre adolescence.

Lorsque nous entendons une chanson pour la première fois, elle stimule notre cortex auditif qui convertit les rythmes, les mélodies et les harmonies en un tout cohérent. À partir de là, notre réaction à la musique dépend de la façon dont nous interagissons avec elle. Par exemple chanter une chanson dans sa tête va activer la partie de notre cerveau qui permet de planifier et de coordonner les mouvements.

De la même façon écouter une chanson qui déclenche des souvenirs personnels, va faire agir la partie du cerveau qui conserve des informations pertinentes pour notre vie personnelle et nos relations.

Et c’est là où ça devient intéressant, car les souvenirs n’ont de sens que s’il y’a eu une émotion associée à ce souvenir et il semble que la musique tout comme l’amour ou la drogue suscite une réaction émotionnelle quand on l’écoute. Les études montrent en effet, que nos chansons préférées stimulent le circuit du plaisir de notre cerveau, qui libère un pic de dopamine , de sérotonine, d’ocytocine et d’autres substances neurochimiques (rien que ça !)  et qui nous font nous sentir bien. Plus nous aimons une chanson, plus nous ressentons du plaisir, car les neurotransmetteurs inondent notre cerveau.

Entre 12 et 22 ans, notre cerveau subit un développement neurologique rapide – et la musique que nous aimons au cours de cette décennie semble s’ancrer dans notre cerveau pour de bon. Lorsque nous établissons des connexions neuronales avec une chanson, nous créons une charge d’émotions accrues, en partie grâce à un excès d’hormones de croissance pubertaire. Ces hormones disent à notre cerveau que tout est extrêmement important.

Mais il y’a d’autres éléments qui font qu’une chanson est à jamais ancrée dans notre mémoire, comme l’influence de la vie sociale. Quand nous étions jeunes, souvent nous découvrions la musique par l’intermédiaire de nos amis. Nous écoutons la musique qu’ils écoutent comme pour faire partie du groupe. 

Nostalgie musicale –les Beatles– — Crédit Photo de KoolShooters 

D’après certaines théories lorsque nous pensons à notre passé, les souvenirs qui dominent ont deux choses en commun : ils sont heureux et ils se regroupent autour de notre adolescence et du début de la vingtaine.

Pour résumer la musique joue deux rôles dans ce processus. Premièrement, certaines chansons deviennent des souvenirs en elles-mêmes, tant elles sont fortement ancrées dans la mémoire. Deuxièmement, ces chansons constituent la bande originale de ce qui semble, à l’époque, comme les années les plus vitales et les plus mémorables de nos vies, qui ne se souvient pas avec émotions de la musique qu’on jouait à sa première soirée avec les copains ?  ou bien la musique d’un film qui nous a marqué à l’adolescence ? 

L’idée que nous n’aimerons jamais une autre chanson comme on l’a aimée pendant notre jeunesse – est un peu déprimante. Mais je vous rassure : nos goûts d’adulte pour la musique ne sont pas vraiment plus faibles ; ils sont juste plus matures, et nous permettent d’apprécier la beauté esthétique complexe sur le plan intellectuel.

La nostalgie qui accompagne nos chansons préférées n’est pas seulement un souvenir fugace des temps passés ; c’est le fonctionnement au niveau de notre cerveau qui nous donne un aperçu des années où il bondissait de joie à la musique qui nous a définis. Ces années sont peut-être passées. Mais chaque fois que nous entendons les chansons que nous avons aimées, la joie qu’elles ont autrefois suscitée en nous, resurgit. Et c’est tant mieux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.