3 pistes à explorer pour sortir du sentiment d´injustice

Si vous n’aimez pas quelque chose, changez-le. Si vous ne pouvez pas le changer, changez votre façon d’y penser. ~ Marie Engelbreit

Sentiment d’injustice et comment en sortir (Crédit Photo de Sora Shimazaki)

Quand j´étais plus jeune, je me plaignais souvent des injustices de la vie. Parfois je me suis sentie vraiment lésée comme quand ma mère était tombée gravement malade, et parfois je me suis victimisée pour éviter de prendre mes responsabilités, en mettant sur le dos du favoritisme, le fait de n’avoir pas décroché le poste auquel je me suis mal préparée. Tout comme je ressens cette boule dans la gorge à chaque fois que je parle du comportement non éthique et absolument mesquin des managers de mon entreprise.

Ce sentiment d´injustice révèle notre impuissance, on vit dans l’incompréhension et dans un malaise qui nous rongent de l´intérieur et nous fait profondément souffrir. L’injustice est un sentiment puissant dont on a souvent du mal à se défaire et qui peut nous peser pendant très longtemps, nous laissant souvent incapable de reprendre la main sur la situation.

Avant de découvrir comment gérer le sentiment d’injustice et sortir de l’impasse de la souffrance, essayons d’abord de comprendre ce que le sentiment d’injustice veut dire. C’est quoi l’injustice? c’est le contraire de la justice qui, elle, est définie comme un principe moral qui exige le respect du droit et de l’équité. Il y’a donc une idée de morale derrière l’injustice. Et ce droit permet d’y faire recours pour rétablir une situation d’injustice et demander réparation.

Mais dans la vie quotidienne, toute situation d’injustice ne correspond pas à un écart par rapport à un droit bien défini et applicable à tous auquel se référer

Et c’est là que ça devient compliqué c’est quand vous vous retrouvez face à une situation d’injustice mais pour laquelle il n’existe aucun droit, ou loi explicite, qui vous permet de rétablir la justice. Ce qui se passe alors, c’est que vous vous mettez à la place du juge et décidez de ce qui est juste ou pas en fonction de votre idée de l’injustice .

Ce jugement reflète votre idée de la justice et n’est pas forcément partagée par tout le monde. Ainsi quand vous jugez qu’une situation ou une personne est injuste aussi fondé soit-il pour vous, ce jugement ne sera pas forcément partagé par les gens de l’autre coté et rien à l’extérieur ne permettra de le valider. C’est comme ça que votre sentiment d’injustice, va créer en vous de l’impuissance, de la colère, du ressentiment, du désabusement et/ou de tristesse profonde.

Alors comment faire face à l’injustice ?

D’abord sachez que le monde n´est pas juste.

En fait il n´est ni juste ni injuste.On dit souvent que la vie est injuste. Mais, pourtant, au quotidien on s’attend, à ce que l’on reçoive un juste salaire, ou une juste récompense pour nos efforts, on s’attend que l’autre nous traite à notre juste valeur, on s’attend à être traité comme le voisin, …  Bref, on s’attend quand même à ce que la vie soit juste. Mais, dans les faits, ça ne se passe pas toujours ainsi et c’est souvent source de frustration, d’impuissance et même de souffrance.

Se dire constamment que la vie n´est pas juste parce, qu´on a pas obtenu ce qu’on voulait ou que les autres se comportent d’une manière non conforme à notre vision du monde c’est juste contre-productif, c´est juste rendre les choses plus compliqué.

L’injustice est souvent identifiée en se comparant aux autres (en effet s’il n’y a pas de situation ou de personne à laquelle se comparer comment dire qu’il s’agit d’une injustice ?). Le plus souvent la conclusion de nos comparaisons est que les autres sont mieux lotis que nous, que ce soit en salaire, en biens matériels, en bonheur… Ces comparaisons sont en quelque sorte « les preuves » qu’il y’a bien eu injustice, ce qui va nous conforter dans notre bon droit, « nous sommes bien victimes d’une injustice ».

3 pistes à explorer pour dépasser le sentiment d’injustice.

D’abord demandez vous pourquoi certaines personnes ne laissent pas l’injustice les rendre amères ou désabusées? Ce ne sont pas nécessairement des personnes qui n’ont jamais connu de graves injustices ou inégalités ; et ce ne sont pas non plus des gens qui acceptent simplement tout ce qui se passe sans jamais prendre position. Les personnes qui gèrent bien l’injustice ont trois choses en commun : – Elles gèrent leurs émotions au lieu de leur résister – Elles pensent rationnellement avant d’agir – Elles reconnaissent la différence entre ce qu’elles peuvent contrôler et ce qu’elles ne peuvent pas.

  • Gérer les émotions au lieu de leur résister

Identifier d’abord ce que votre sentiment d’injustice génère chez cous comme émotion, est-ce de la tristesse? de la frustration? du ressentiment? du désabusement? de la colère? …

Une fois que vous avez mis un nom à ce que vous ressentez, acceptez les et ne résistez pas, cela ne fera que les amplifier (je vous renvoie vers l’article sur développez votre conscience émotionnelle). Cela ne signifie pas que vous ne devriez pas ressentir de la colère ou même de l’indignation face à certaines des injustices malheureuses, parfois horribles, qui se produisent dans votre vie et dans notre monde. Au contraire, ces sentiments sont des réactions normales dans ces circonstances. Mais c’est votre responsabilité de contrôler ces émotions puissantes et potentiellement dangereuses, et choisir comment les utiliser pour obtenir les résultats qui vous conviendront.

Ne restez pas coincé dans cet état émotionnel négatif, ça sera contre-productif. Interrogez-vous plutôt sur la façon avec laquelle vous agissez ou réagissez ? Si vous ressentez de la tristesse, comment vous réagissez habituellement? est-ce que vous agissez dans le sens qui vous sera utile pour impulser le changement ? ou au contraire vous repliez-vous sur vous? de quelle façon vous agissez ou réagissez quand vous ressentez de la colère, est-ce que vous utilisez l’énergie de la colère pour avancer ou alors vous laissez la colère vous prendre en otage et ruiner toute chance de faire changer les choses en votre faveur?

Posez vous la question en quoi ce sentiment d’injustice vous est-il utile ou pas? dois-je l’accepter, ou essayer de le changer?

A propos de la colère je vous recommande de télécharger mon ebook en cliquant sur l’image ci-dessous

  • Penser rationnellement avant d’agir :

Pour penser rationnellement, vous devez reconnaître que votre réaction sous le coup de l’émotion, générée par l’injustice, n’est pas la plus sage. Elle ne va pas vous être utile en général.

Prendre du recul par rapport à notre sentiment d’injustice : le ressentir ne signifie pas qu’il soit réel ou légitime, ou encore qu’il nous exonère de nos responsabilités. Bien sur subir la perte d’un être cher, est profondément injuste et douloureux. Aucun psy ne pourra réduire le temps du chagrin et de la colère ; en revanche, il pourra aider si la douleur est insupportable. Pour les autres injustices, relationnelles ou existentielles, demandez-vous : « Que puis-je faire de juste, et de positif pour moi, pour répondre à l’injuste ? »

Cela vous permettra de ne pas rester coincé dans l’amertume ou dans l’esprit de vengeance. Par exemple si vous n’avez pas eu la promotion malgré tous les efforts que vous avez fournis et que votre voisin lui l’a eue, vous allez juger que c’est profondément injuste et vous mettre en colère ou ressentir du ressentiment. Vous allez alors spontanément gueuler ou vous vengez en rentrant dans l’insubordination ou dans l’apathie, ce qui ne fera pas changer la situation au contraire, vous serez mal vu par votre hiérarchie, et vous aurez encore moins de chance de l’obtenir cette promotion. Et le pire c’est que votre sentiment d’injustice lui sera toujours là !

Au contraire essayez de comprendre pourquoi le collègue l’a eue et pas vous, quels sont les critères qui font qu’on a une promotion? ou encore demandez son avis à quelqu’un qui vient d’avoir une promotion, vous pouvez aussi quitter l’entreprise, si celle-ce ne sait pas reconnaître votre valeur. En agissant, vous allez reprendre contrôle sur votre vie et rebooster votre estime de vous.

En résumé, je vous invite à dépasser votre jugement d’injustice qui ne vous est pas utile, et prenez votre part de responsablité (je ne dis pas que vous êtes 100% responsable) et utilisez comme levier pour créer la suite, car vous allez vous donner la capacité à mettre en place des actions avec un esprit calme et prudent et moins sous l’emprise de l’émotion.

Mais que faire lorsque par exemple vous estimez que c’est pas juste d’être

  • Reconnaître la différence entre ce qui est dans notre contrôle et ce qui ne l’est pas

Très souvent, les situations qui dérangent et stressent le plus les gens , sont des situations sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle ; par exemple, lorsque vous voyez les gens utiliser le parking sans payer, alors que vous le faites systématiquement même si vous ne restez que quelques minutes. Dans cette situation, vous n’avez aucun contrôle sur ce que quelqu’un d’autre fait ou ne fait pas. Et si vous n’avez aucun contrôle dessus, c’est un gaspillage complet d’énergie de rester sur le sentiment d’injustice qui vous fait rentrer dans une colère noire. Cela ne rend pas la situation plus ou moins équitable ou juste. C’est juste comme ça. La seule chose que vous pouvez faire dans ce cas, c’est d’accepter et se dire et alors ?

Si vous avez aimé cet article, merci de liker ou de me laisser vos commentaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :